Media Landes
Espace professionnel Journée professionnelle

Journée professionnelle

Index de l'article
Journée professionnelle
Page 2
Page 3
Toutes les pages

Le jeudi 17 décembre 2015 s'est tenue à Mont de Marsan la journée professionnelle "Lire à Loisirs : écoles et médiathèques, partenaires de l'éducation artistique" qui a réuni une cinquantaine de participants.102 2580

La salle de la Maison des communes était décorée des expositions "Nos héros préférés" et "La fabrication du livre" qui peuvent être empruntées à la Médiathèque départementale, organisatrice de cette manifestation.102 2572

En matinée, Jean Delas nous a présenté sa maison d'édition l'Ecole des loisirs à Paris qui fête cette année ses 50 ans d'existence. Acquise par son grand-père paternel en 1922, cet enseignant a d'abord vendu des manuels scolaires et les incontournables cahiers de vacances. Elle a été reprise par son fils Jean Delas en 1965 au côté de Jean Fabre et Arthur Hubschmidt. Lors de leur séjour à New-York, ils ont découvert des grands auteurs étrangers, Maurice Sendak, Arnold Lobel, James Stevenson, Susie Morgenstern qui connaîtront un immense succès en France. A l'époque du mouvement Hypee, de la pop, on asiste à une véritable flambée de création dans le domaine cuturel et éducatif. En France, de grands auteurs, Tomi Ungerer, Claude Ponti, Grégoire Solotareff, Philippe Dumas deviendront aussi de vrais classiques.

Dans les années 65, le développement de la presse enfantine avec "Pomme d'Api", l'ouverture de la Petite bibliothèque ronde à Clamart qui éditera la revue professionnelle "La revue des livres pour enfants" ont favorisé l'explosion du mouvement en France.

Constatant la répartition inégale des librairies sur certains territoires (Gers, Haute Loire en particulier), Jean Delas imagine de faire une diffusion par abonnement dans les écoles (1968) et crée en 1975 la première collection de poche jeunesse (Lutin poche). Actuellemnt 10 % des enfants scolarisés sont abonnés à l'Ecole des loisirs.

Dans les années 80, une nouvelle approche culturelle se dessine avec l'arrivée de François Mitterrand et la loi Lang sur le prix unique du livre qui aura des retombées sur la librairie française et la multiplication des bibliothèques sur le territoire français. Lionel Jospin dans les année 90 permet la création des bibliothèques dans les écoles (BCD).

La spécificité de cette maison d'édition reste sa dimension populaire, maison libre et familiale (actuellemnt gérée par son fils Louis), proche de ses auteurs qui a pour devise de contribuer à présenter les classiques de demain. Si on prend pour exemple "Max et les Maximontres" de Sendak vendu en 1967 en 300 exemplaires, on constate qu'il est réédité chaque année.

Pour connaître l'histoire de la maison d'édition "L'Ecole des loisirs", nous vous recommandons la lecture de "On ne s'en fait pas à Paris : un demi-siècle d'édition à l'Ecole des loisirs" par Borris Moissard, illustré par Philippe Dumas.-2015.

L'Ecole des loisirs propose depuis peu des jeux éducatifs (adaptés à partir des albums fait par les auteurs qui sont co-auteurs des jeux). La production reste mineure, 5 à 10 jeux par an destinés aux familles, bibliothèques/ludothèques et aux écoles. En mars prochain, le numérique devrait aussi faire son entrée. Il s'agira de lectures à haute voix avec des images, des livres filmés pour faire connaître aux enfants les livres qu'ils ne connaissent pas. Jean Delas nous rappelle qu'en 1944, les instituteurs consacraient 10 mn à la lecture à haute voix et regrette son déclin, particulièrement dans les familles.

Jean Delas a crée en 2015 l'Association "Lire sur la vague" pour lutter contre l'illettrisme qui compte à ce jour 140 adhérents. Elle sera présentée au salon d'Hossegor le 13,14,15 et 16 mai 2016. 25 % des enfants qui entrent en sixième ne comprennent pas ce qu'ils lisent. L'objectif de ce festival est de favoriser des rencontres avec les professionnels du livre et de l'éducation. De nombreux auteurs et maisons d'éditions jeunesse seront présents. Des ateliers de cration avec Claude Ponti et des conférences seront également proposés.


La journée s'est poursuivie par l'intervention de Christophe Ylla Somers, historien et auteur avec son beau-père Yvan Pommaux de "Nous, notre histoire", édité par l'Ecole des loisirs, prix Sorcière documentaire 2015.

Ce livre a demandé 3 ans de travail (recherche documentaire, travail d'écriture compliqué pour Christophe Ylla Somers, universitaire qui n'avait jamais écrit pour des enfants). Il nous explique la difficulté de traiter d'un tel sujet, l'humanité. la collaboration avec Yvan Pommaux a été une réussite tant au niveau de l'illustration que pour la recherche d'un vocabulaire plus approprié pour les enfants.

"Nous ne connaissons pas le début de notre histoire et nous n'en saurons rien". Un remarquable documentaire pour raconter l'histoire des hommes, des femmes et des enfants, issus des mêmes ancêtres, partis d'Afrique il y a 150 000 ans. L'approche des auteurs est chronologique et met en parallèle tous les continents et civilisations. Le regard sur l'humanité est bienveillant. Malgré les inégalités, conflits et atrocités qui opposent les humains sans fin, ces derniers ont inventé, crée des beautés extraordinaires et transformé le monde. C'est l'histoire d'un monde en perpétuelle mutation, celle des idées, des religions, des migrations, des sciences et techniques, des arts...

Ce livre est d'une richesse incroyable tant par le contenu documentaire et les nombreuses interrogations posées que par la lecture des illustrations panoramiques. Le texte, les images somptueuses, les dessins minutieux s'imbriquent de façon harmonieuse avec une très grande lisibilité. A la fin de l'ouvrage, on découvre des personnages remarquables vénérés par chaque peuple. Il est amusant de rechercher les nombreuses cartes fondues dans les paysages pas toujours faciles à déceler.

Christophe Ylla Somers a en projet un deuxième livre sur la Commune de Paris.


Dans l'après-midi, Fabian Grégoire, auteur-illustrateur jeunesse en résidence actuellement dans le département nous a présenté son travail avec les collégiens de Capbreton autour de l'ancienne ligne de chemin de fer Labenne-Seignosse. A partir de photos de Capbreton il y a 50 ans, de témoignages d'anciens, les collégiens ont produit des dessins scannés et travaillés sur ordinateur. La restitution faite auprès des résidents de la maison de retraite ont été très enrichissante pour les élèves et Fabien Grégoire qui a apprécié notre belle région. 14 bibliothèques sont partenaires dans ce dispositif qui doit se poursuivre sur 3 mois, temps nécessaire pour son travail de création (un album documentaire est en préparation). 

Cécile Chartre est bibliothécaire à la médiathèque de Jurançon et auteur jeunesse aux Editions du Rouergue.

Elle a toujours voulu être auteur. C'est la raison pour laquelle elle a choisi un métier autour du livre. A partir de son vécu dans les classes en tant qu'auteur, elle nous explique combien il est parfois difficile d'instaurer un véritable échange avec les enfants lorsque l'enseignant n'a pas préparé sa venue ou avec des consignes données aux enfants trop "cadrées". Cependant, dans la majorité des cas, tout se passe très bien. Pour les plus jeunes, les questions sont plutôt personnelles (quel est votre animal préféré par exemple) alors que pour les collégiens, ils veulent savoir si on est célèbre et combien on gagne !

Philippe Vincent, directeur de Canopé anime le débat autour des partenariats entre l'école et la médiathèque en présence de Patricia Roumegoux (Direction des services départementaux de l'Education nationale), Jean-Jacques Lacombe, directeur des services de l'Education nationale dans les Landes et Lydie Bisauta, responsable de la médiathèque de Boé (5600 habitants).

Lydie Bisauta nous a présenté le salon du livre mis en place depuis 26 ans sur l'agglomération d'Agen avec la participation active des élus et de l'Education nationale. Elle insiste sur l'intérêt de faire venir les auteurs en amont dans les écoles et collèges. Les auteurs sont choisis par la médiathèque. Les interventions sont préparées en concertation avec la médiathèque et les enseignants.

Jean-Jacques Lacombe rappelle que l'Education artistique et culturelle fait partie aujourd'hui de la formation générale dispensée à tous les élèves qui doit contribuer à une meilleure réussite scolaire et à l'épanouissement de tous les enfants y compris ceux en difficulté (handicap...)

Inscrire la lecture dans les projets politiques, favoriser les partenariats entre l'Education nationale et les médiathèques, mettre en place des formations partagées sont les objectifs à atteindre. L'élaboration d'une charte est à l'étude.

Tous nos remerciements aux intervenants présents et à tous ceux qui ont fait de cette journée un succès.

Share

Newsletter

Abonnez-vous à nos flux d'articles: