Olivier Weber : "Je suis toujours ému lors de mes voyages quand je vois tant de jeunes qui lisent"

L'écrivain journaliste et réalisateur, Olivier Weber, était mardi 11 décembre 2018 à la médiathèque François Mitterrand de Morcenx.

Dans le cadre de Rendez-Vous, la manifestation littéraire initiée par la Médiathèque départementale des Landes, chaque mois un auteur est l'invité d'une médiathèque du département. A Morcenx, ce Rendez-Vous fut un moment de convivialité animée par Jean-Antoine Loiseau, critique littéraire. Le public, venu nombreux, a pu échanger avec Olivier Weber sur ses écrits et son parcours conséquent.

OlivierWeber2

En préambule, Olivier Weber rappelle : " C'est autour de l'âge de huit ans que je me suis ouvert au monde en plongeant dans les livres de Goethe, de Cervantès, de Jack London, de Lucien Bodard, de Joseph Kessel, de Romain Gary, d'Ernest Hemingway, de Joseph Conrad, de Curzio Malaparte ou de John Dos Passos. Je viens d'une famille modeste, la littérature m'a toujours motivé pour suivre des études et devenir ce que je suis. Désormais, j'appartiens à cette tribu de passeurs que sont les écrivains, les enseignants, les cinéastes ou les bibliothécaires, des passeurs de culture, de savoirs... Je suis toujours ému lors de mes voyages quand je vois tant de jeunes qui lisent, cela me renvoie à ma propre histoire. La lecture est un passeport pour un monde sans frontières ! "

 

Écoutez un extrait de la rencontre

Enregistrement réalisé par Anthony Bacchetta avec le soutien de la

Logo DRAC Aquitaine

Né à Montluçon en 1958, la famille d'Olivier Weber s'installe rapidement dans l'arrière-pays niçois où il commence à travailler comme berger. Puis il obtient des bourses et fait des études d’économie à l'Université de Nice et à l'Université de San Francisco, d’anthropologie à l'École des hautes études en sciences sociales de Paris, de droit international, d'indonésien et malaisien à l'Institut national des langues et civilisations orientales. Dans le même temps, il travaille comme journaliste en Afrique pour le journal Libération avant de devenir correspondant sur la côte ouest des États-Unis. Devenu grand reporter, il arpente la planète depuis trente ans, terreau pour ses récits captivants : une trentaine de romans, d’essais et de récits de voyage. Frontières, son dernier titre paru aux éditions Paulsen, est une réflexion sur la mondialisation, la porosité des frontières et la planète de demain.

L'écrivain journaliste et réalisateur, Olivier Weber, était mardi 11 décembre 2018 à la médiathèque François Mitterrand de Morcenx.

Dans le cadre de Rendez-Vous, la manifestation littéraire initiée par la Médiathèque départementale des Landes, chaque mois un auteur est l'invité d'une médiathèque du département. A Morcenx, ce Rendez-Vous fut un moment de convivialité animée par Jean-Antoine Loiseau, critique littéraire. Le public, venu nombreux, a pu échanger avec Olivier Weber sur ses écrits et son parcours conséquent.

OlivierWeber2

En préambule, Olivier Weber rappelle : " C'est autour de l'âge de huit ans que je me suis ouvert au monde en plongeant dans les livres de Goethe, de Cervantès, de Jack London, de Lucien Bodard, de Joseph Kessel, de Romain Gary, d'Ernest Hemingway, de Joseph Conrad, de Curzio Malaparte ou de John Dos Passos. Je viens d'une famille modeste, la littérature m'a toujours motivé pour suivre des études et devenir ce que je suis. Désormais, j'appartiens à cette tribu de passeurs que sont les écrivains, les enseignants, les cinéastes ou les bibliothécaires, des passeurs de culture, de savoirs... Je suis toujours ému lors de mes voyages quand je vois tant de jeunes qui lisent, cela me renvoie à ma propre histoire. La lecture est un passeport pour un monde sans frontières ! "

 

Écoutez un extrait de la rencontre

Enregistrement réalisé par Anthony Bacchetta avec le soutien de la

Logo DRAC Aquitaine

Né à Montluçon en 1958, la famille d'Olivier Weber s'installe rapidement dans l'arrière-pays niçois où il commence à travailler comme berger. Puis il obtient des bourses et fait des études d’économie à l'Université de Nice et à l'Université de San Francisco, d’anthropologie à l'École des hautes études en sciences sociales de Paris, de droit international, d'indonésien et malaisien à l'Institut national des langues et civilisations orientales. Dans le même temps, il travaille comme journaliste en Afrique pour le journal Libération avant de devenir correspondant sur la côte ouest des États-Unis. Devenu grand reporter, il arpente la planète depuis trente ans, terreau pour ses récits captivants : une trentaine de romans, d’essais et de récits de voyage. Frontières, son dernier titre paru aux éditions Paulsen, est une réflexion sur la mondialisation, la porosité des frontières et la planète de demain.

Un monde rempli d'espoir

Olivier évoque ses nombreux voyages, notamment comme correspondant de guerre : "Depuis 1945, les victimes des différentes guerres sont pour la plupart des civils. Les militaires font des guerres "propres", ils ne s'affrontent quasiment qu'à distance et c'est toujours la population locale qui trinque. Sur le terrain, on voit des choses affreuses. Il faut trouver des moyens pour supporter toute cette horreur. En général on s'effondre quand on rentre en France et on se blinde pendant qu'on est sur place.Le plus dur c'est de revenir, on n'écrit que 10% de ce qu'on a vu, on garde tout le reste en soi. Moi, je pars toujours avec beaucoup de livres dans ma valise qui pèse du coup et cela donne parfois des moments cocasses avec des douaniers étonnés. Les livres m'aident, ils sont mon échappatoire." Mais Olivier cherche aussi le positif dans ces situations catastrophiques : "Je trouve aussi beaucoup d'espérance au milieu de ces conflits armés. Je rencontre de multiples survivants qui ont soif de vivre. Je suis notamment émerveillé par la ténacité des femmes qui luttent au quotidien. Le pire c'est que maintenant, par esprit de déduction ou par intuition, je sais qu'une guerre va arriver dans un pays. Et la guerre commence ici aussi, en France, dans la violence des rapports familiaux ou dans les relations de travail... Je dénonce la guerre dans mes romans sans avoir de jugements manichéens. J'essaie toujours de prendre du recul et de capter ces sentiments d'espoir qui surgissent. Je reste optimiste malgré tout".

olivierweber5

En ce moment, Olivier Weber finit un dictionnaire amoureux de Joseph Kessel qui paraîtra au printemps prochain. Il a également attaqué son nouveau roman dont l'histoire contemporaine se déroule sur la Côte d'Azur. Il travaille toujours sur des montages de documentaires, ce qui le passionne car le découpage d'un film est comme la narration d'un livre. En effet, depuis 2011, il réalise et anime une série documentaire Le Monde vu du train pour la télévision. Pour ses films, il a plaisir à rappeler sa rencontre avec un moine dont le but est de sauver le Gange, le fleuve gigantesque en Inde. "Au cours de la conversation que nous avons eu, ce moine a eu une phrase qui résonne encore en moi. Dieu, quel qu'il soit, a mis en chacun de nous une étincelle." C'est avec cet appétit pour la rencontre de l'autre qu'Olivier pense déjà aux prochains voyages qu'il fera l'année prochaine en Mauritanie, au Mexique, aux USA et dans l'Himalaya. Notre aventurier est également maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris, membre du bureau directeur de la Société des Explorateurs Français et préside le Prix Joseph-Kessel.

La rencontre s'achève sur une séance de dédicace où le public a pu partager un moment plus intime avec l'écrivain. Voilà une belle clôture des Rendez-Vous de l'année 2018 !

 

Sélection d'ouvrages d'Olivier Weber

Olivier Weber a été couronné par de nombreux prix littéraires ou de grand reportage dont les prix Albert-Londres (1992) et Joseph-Kessel (1998), le prix de l’Aventure (1999), le prix Amerigo-Vespucci (2011) et le prix du Livre Européen et Méditerranéen en 2017. Ses ouvrages ont été traduits dans une dizaine de langues.

Repères bibliographiques :

  •     French Doctors : L'épopée des hommes et des femmes qui ont inventé la médecine humanitaire, Robert Laffont (1995)
  •     Le faucon afghan : un voyage au pays des talibans, Robert Laffont (2001)
  •     La bataille des anges, Albin Michel (2006)
  •     Le Barbaresque, Flammarion (2011)
  •     La Confession de Massoud, Flammarion (2013)
  •     L'Enchantement du monde, Flammarion (2015)
  •     Frontières, Paulsen (2016)
  •     Je suis de nulle part, sur les traces d’Ella Maillart, Petite Bibliothèque Payot (2017)

 

H.M.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.