Les livres prennent soin de nous

detambelLes livres peuvent-ils nous apaiser, nous consoler, nous libérer ?  Ont-ils le pouvoir de  modifier notre rapport aux autres, au monde ?
Ont-ils cette capacité ô combien précieuse de prendre soin de nous ?

Oui , nous répond  avec ferveur,  Régine  Détambel ,  dans un  essai passionné :   les livres prennent soin de nous  (Actes Sud, 2015)  sous titré  pour une bibliothérapie créative : une délicieuse thérapie à base de fictions  parce que la littérature peut toucher au corps .  


Régine Détambel  milite pour une bibliothérapie littéraire, et s’oppose farouchement au « biblio coaching » la bibliothérapie anglo-saxonne qui privilégie l’usage des livres de développement personnel  et autres ouvrages dits d’auto-traitement,  les  self-help books.


L'auteur  réfute ce processus de médicalisation de la lecture où l’on prescrit  de longues listes de titres convenus qui n’ont jamais fait de mal à personne  et lui préfère une plongée au cœur  de la  littérature  de ses dangereux remous , de ses poisons enivrants,  de ses baumes ; même si son usage est plus complexe à manipuler puisque bien entendu,  un même titre ne produira pas les mêmes effets sur deux lecteurs différents.


On trouvera dans cet essai aussi bien les sources théoriques autour des enjeux de la lecture  qu’une esquisse de la pratique du métier de  bibliothérapeute .
On partagera  également les expériences de lectures fondatrices pour des auteurs aussi différents que Proust ou Primo Lévi. On laissera enfin,  comme un  écho à ce livre, le dernier mot à Montesquieu : "je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait dissipé"

 

A suivre une sélection d' auteurs qui  ont manifesté leur gratitude à la lecture (notamment Sur la lecture de Marcel Proust : à déguster)

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.