Les Malheurs de Sophie

 Pour accompagner l'adaptation au cinéma des Malheurs de Sophie par Christophe Honoré, Gallimard jeunesse réédite sous des couvertures signées Pénélope Bagieu cinq romans de la comtesse de Ségur.

Une belle occasion de retrouver un peu de son enfance. 

 Qui n'a pas vibré ou tremblé au rythme des bêtises de Sophie, des malheurs de Calichon et des infâmes punitions que la mère Mac'Miche inflige à Charles, ce "bon petit diable" ?. Voyages dans l'univers magique de l'enfance, les célèbres romans de la comtesse de Ségur n'ont rien perdu de leur fraîcheur irrésistible même s'ils sont marqués par l'esprit du Second Empire et qu'ils portent des valeurs morales éloignées de notre temps.

Pour ses petits enfants, la comtesse eut l'idée d'écrire des histoires inspirées de sa propre jeunesse. Elle régla quelques comptes avec sa mère en la prenant comme exemple pour les personnages de marâtres. Et elle se mit en scène dans la trilogie de "Fleureville" sous les traits de Sophie, une petite fille vive, gourmande, entêtée et capricieuse. L'héroïne des Malheurs de Sophie, des Petites filles modèles, des Vacances croit toujours bien faire, mais ne commet que des bêtises. Elle fait du thé avec l'eau du chien, coupe ses sourcils, laisse fondre sa poupée de cire... Avec son cousin et ses amies, des petites filles exemplaires qu'elle peine à imiter, Sophie vit les joies et les drames de l'enfance.

Comme Sophie vis-à-vis de sa belle-mère cruelle, Charles, le héros impertinent d'Un bon petit diable ne manque pas d'imagination lorsqu'il s'agit de faire des farces à sa vieille cousine écossaise, la détestable et avare Mme Mac'Miche, en réponse aux misères qu'il subit.

On le voit, la maltraitance - qu'elle vienne de la folie de certains adultes ou de la cruauté des enfants - est un sujet récurrent chez l'auteure. Dans les Mémoires d'une âne, la comtesse de Ségur s'intéresse à la cause animale. Cadichon est un animal tour à tour sympathique et farceur, bon avec ceux qui le traitent bien, mais vindicatif et rancunier envers ceux à qui il en veut. L'âne souffre beaucoup de l'incompréhension, du mépris ou de l'indifférence de ses maîtres successifs.

A travers ces romans drôles qui ont influencé des séries comme Les Contes du chat perché, Le Petit Nicolas ou encore Les Triplés, le jeune lecteur découvrira un peu la vie des enfants de la bourgeoisie au XIX ème siècle. Il faut remercier la comtesse de Ségur d'avoir su insuffler à son oeuvre l'émotion littéraire et le plaisir enfantin, même si certains adultes peuvent trouver excessif son moralisme. Car comme le voulait son époque, les histoires sont aussi des leçons de morale.

Il faut souligner le succès constant des romans de la comtesse de Ségur auprès des enfants. Ils ont été régulièrement réédités, tous disponibles aujourd'hui et se vendent à des milliers d'exemplaires - 51 000 de la Bibliothèque rose en 2015 !!!

un bon petit diableles petites filles modeles

 

les vacancesmemoires dun ane

 

Qui n’a pas vibré ou tremblé au rythme des bêtises de Sophie, des malheurs de Calichon, et des infâmes punitions que la mère Mac’Miche inflige à Charles, ce « bon petit diable » ?

Voyages dans l’univers magique de l’enfance, les célèbres romans de la comtesse de Ségur n’ont rien perdu de leur fraîcheur irrésistible même s’ils sont marqués par l’esprit du Second Empire et qu’ils portent les valeurs morales éloignées de notre temps.

les petites filles modelesles vacancesPour ses petits-enfants, la comtesse eut l'idée d'écrire des histoires inspirées de sa propre jeunesse. Elle régla quelques comptes avec sa mère en la prenant comme exemple pour les personnages de marâtres. Et elle se mit en scène dans la trilogie de « Fleureville » sous les traits de Sophie, une petite fille vive, gourmande, entêtée et capricieuse.

L'héroïne des Malheurs de Sophie, des Petites filles modèles, des Vacances croit toujours bien faire, mais ne commet que des bêtises.

Elle fait du thé avec l'eau du chien, coupe ses sourcils, laisse fondre sa poupée de cire... Avec son cousin et ses amies, des petites filles exemplaires qu'elle peine à imiter, Sophie vit les joies et les drames de l'enfance.
 
un bon petit diableComme Sophie vis-à-vis de sa belle-mère cruelle, Charles, le héros impertinent d'Un bon petit diable ne manque pas d'imagination lorsqu'il s'agit de faire des farces à sa vieille cousine écossaise, la détestable et avare Mme Mac'Miche, en réponse aux misères qu'il subit.
On le voit, la maltraitance – qu'elle vienne de la folie de certains adultes ou de la cruauté des enfants – est un sujet récurrent chez l'auteure.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
memoires dun aneDans les Mémoires d'un âne, la comtesse s'intéresse à la cause animale. Cadichon est un animal tour à tour sympathique et farceur, bon avec ceux qui le traitent bien, mais vindicatif et rancunier envers ceux à qui il en veut. L'âne souffre beaucoup de l'incompréhension, du mépris ou de l'indifférence de ses maîtres successifs.

A travers ces romans drôles qui ont influencé des séries comme Les Contes du chat perché, Le Petit Nicolas ou encore Les Triplés, le jeune lecteur découvrira un peu la vie des enfants de la bourgeoisie au XIX ème siècle. Il faut remercier la comtesse d'avoir su insuffler à son oeuvre l'émotion littéraire et le plaisir enfantin, même si certains adultes peuvent trouver excessif son moralisme. Car comme le voulait son époque, les histoires sont aussi des leçons de morale.

Il faut souligner le succés constant des romans de la comtesse de Ségur auprès des enfants. Ils ont été régulièrement réédités, tous disponibles aujourd'hui et se vendent à des milliers d'exemplaires – 51 000 de la Bibliothèque rose en 2015 !!!.
 
Sur medialandes.org, nous vous proposons des ressources numériques sur l'oeuvre de la comtesse de Ségur.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.