Barthes, 100 ans, toujours vivant

 Parce que :

Etre là suffit. Le disciple n'a qu'une seule chose à faire. Etre là et, par la sensualité de sa présence, communiquer au maître sa vie,

un peu de son âme, un peu de sa chair, en échange de quoi le disciple, silencieusement et dans l'abandon apparent où le place le maître, mûrit. Il mûrit passivement en captant le rayonnement spirituel de la présence du maître et activement par l'angoisse qu'il ressent d'être en deçà de ce rayonnement.

 

Eric Marty, in Le Métier d'écrire, Seuil, 2006                                   

 

Et l'écrivain ? Valéry disait : "On ne pense pas des mots, on ne pense que des phrases." Il le disait parce qu'il était écrivain. Est dit écrivain, non pas celui qui exprime sa pensée, sa passion ou son imagination par des phrases mais celui qui pense des phrases : un Pense-Phrase (c'est-à-dire : pas tout à fait un penseur et pas tout à fait un phraseur).

 

Barthes, in Le plaisir du texte, Seuil, 1973 

 

Commence alors la grande lumière du Sud-Ouest, noble et subtile toute à la fois ; jamais grise, jamais basse (même lorsque le soleil ne luit pas), c'est une lumière-espace, définie moins par les couleurs dont elle affecte les choses (comme dans l'autre Midi) que par la qualité éminemment habitable qu'elle donne à la terre. Je ne trouve pas d'autre moyen que de dire : c'est une lumière lumineuse.

 

Barthes, in La Lumière du Sud-Ouest, Incidents, Seuil, 1987

 Parce que :

Etre là suffit. Le disciple n'a qu'une seule chose à faire. Etre là et, par la sensualité de sa présence, communiquer au maître sa vie,

un peu de son âme, un peu de sa chair, en échange de quoi le disciple, silencieusement et dans l'abandon apparent où le place le maître, mûrit. Il mûrit passivement en captant le rayonnement spirituel de la présence du maître et activement par l'angoisse qu'il ressent d'être en deçà de ce rayonnement.

 

Eric Marty, in Le Métier d'écrire, Seuil, 2006                                   

 

Et l'écrivain ? Valéry disait : "On ne pense pas des mots, on ne pense que des phrases." Il le disait parce qu'il était écrivain. Est dit écrivain, non pas celui qui exprime sa pensée, sa passion ou son imagination par des phrases mais celui qui pense des phrases : un Pense-Phrase (c'est-à-dire : pas tout à fait un penseur et pas tout à fait un phraseur).

 

Barthes, in Le plaisir du texte, Seuil, 1973 

 

Commence alors la grande lumière du Sud-Ouest, noble et subtile toute à la fois ; jamais grise, jamais basse (même lorsque le soleil ne luit pas), c'est une lumière-espace, définie moins par les couleurs dont elle affecte les choses (comme dans l'autre Midi) que par la qualité éminemment habitable qu'elle donne à la terre. Je ne trouve pas d'autre moyen que de dire : c'est une lumière lumineuse.

 

Barthes, in La Lumière du Sud-Ouest, Incidents, Seuil, 1987

Les amitiés

Amis, élèves, disciples, héritiers, rendent cette année un vibrant hommage à l'écrivain.


Coup de coeur

coeur noir

Coup de coeur

 Roland Barthes, Tiphaine Samoyault, Seuil, 2015

 

RBarthes

 

Le Roland Barthes  de Thiphaine Samoyault a été largement salué par la critique littéraire, et présenté comme la biographie de référence.


Il est vrai que ce gros pavé de plus de 600 pages très référencé et minutieusement construit (chapitres thématiques sur une trame chronologique) procure un plaisir de lecture qui ne s’émousse pas sur la longueur.
Une biographie qui envisage l’homme et l’intellectuel avec rigueur scientifique et sensibilité littéraire.


Le lecteur pourra ainsi se rapprocher de l’homme dont la vie entière fut conditionnée par ces trois éléments fondateurs que furent le décès de son père alors qu’il n’a qu’un an, la tuberculose déclarée à sa pré-adolescente et qui lui vaudra de vivre de longues années en sanatorium, enfin, la découverte de son homosexualité à la même époque.
Il suivra également pas à pas la relation d’intense amour filial que Roland Barthes entretiendra avec sa mère. Un lien profond et lumineux qui inspirera à Roland Barthes des pages poignantes (à lire dans le Journal de deuil).
Enfin il sera plongé dans le chaudron intellectuel des années 70-80… et quel chaudron …: Lévi-Strauss, Deleuze, Derrida, Foucault, les Sollers-Kristeva et tant d’autres et il verra se déployer la pensée pluri –disciplinaire d’un Barthes rétif à toute forme de récupération.


Une biographie intense parce qu’incarnée qui donne envie d’aller plus loin dans l’œuvre de l’auteur. 


Thiphaine Samoyault

samoyault

 Née en 1968, Tiphaine Samoyault vit à Paris où elle enseigne la littérature comparée à l'Université Paris 3. Elle est conseillère éditoriale au Seuil (éditeur historique de Roland Barthes) où elle a publié Bête de cirque (2013) Elle est l'auteur d'essais, de récits et de traductions littéraires.

Les oeuvres

Presque toutes les oeuvres, mais nos préférées cependant.


Dans la sitothèque

Dans la sitothèque :


Le site référence absolue de Mathieu Messager


Le site des cours en ligne du Collège de France


A écouter absolument : Barthes raconte le Paris de Proust

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.