La littérature comme remède à tous les maux

Pour soigner bobos physiques ou peines du quotidien, ce n’est plus d’un pharmacien dont vous avez besoin mais bien d’un libraire. Qu’est-ce que la bibliothérapie? : l’utilisation du livre comme outil de soin et la lecture thérapeutique comme source d’apaisement des troubles de la santé mentale ou de renforcement du bien-être psychologique. Avant de consulter votre médecin, dévorez les titres suivants !

Avec Remèdes littéraires, , Ella Berthoud et Susan Elderkin vous proposent les prescriptions dont vous aurez sans doute besoin. Il se feuillette comme un dictionnaire humoristique de vulgarisation médicale.

 

remdes livres

 

Que vous souffriez d'agoraphobie, de la crise de la quarantaine, d'une jambe cassée, du hoquet ou d'un chagrin d'amour, soyez rassuré ! Vous trouverez dans ce livre le roman qui vous soignera et remplacera avantageusement toute votre armoire à pharmacie.
Grâce à nos Remèdes littéraires, vous pourrez traiter les pathologies suivantes : abandon, alcoolisme, calvitie, chagrin d'amour, mal de dos, hémorroïdes, hypertension, insomnie, jalousie, maternité, obésité, rhume des foins, solitude, vieillissement… Et bien d'autres encore !

 

 

 

 

 

 

Avec Ces amis qui nous enchantent, Jean-Marie Rouart nous dévoile les livres qui ont accompagné toute sa vie et qui ont su répondre à la question qu'il se posait : "Comment fait-on pour vivre, pour aimer, pour être heureux ?"

 

rouart

 Ouvrage original, puisqu'il mêle portraits d'écrivains et morceaux choisis de leurs meilleurs livres,  Ces amis qui enchantent la vie est l'aboutissement et le fruit d'une longue histoire d'amour. Jean-Marie Rouart a toujours eu la passion de la littérature. Depuis sa prime adolescence, elle n'a cessé de l'accompagner. Il a même écrit qu'elle lui avait sauvé la vie, sauvé du désespoir en donnant un sens à une existence qui commençait sous les pires auspices. Grâce à elle, il a pu faire d'une passion une vie, puisqu'il s'y est consacré avec enthousiasme comme écrivain et en tant que directeur du Figaro littéraire pendant vingt ans. Rassemblant 120 écrivains français et étrangers, ne visant pas à rivaliser avec la critique universitaire, ce livre est avant tout celui d'un écrivain. À ce titre, il est subjectif, arbitraire, et cherche moins à donner des notes, des prix d'excellence, à établir des hiérarchies, qu'à mettre en valeur des créateurs sur le seul critère du plaisir qu'ils donnent, de la magie qu'ils font naître. Cet enchantement fait d'eux les plus indispensables et les plus fidèles des amis. C'est pourquoi, délaissant souvent les grands boulevards des auteurs consacrés, Jean-Marie Rouart n'hésite pas à suivre les chemins buissonniers qu'empruntent des écrivains plus rares comme Joseph Delteil, Malcolm de Chazal, Luc Dietrich ou Carson McCullers. Il a ainsi voulu rendre hommage à un grand nombre d'entre eux, notables ou non, qui ont fait plus que jalonner son propre parcours de romancier. De ces lectures il a tiré non seulement de grands moments d'ivresse littéraire, mais aussi une leçon de vie. Car c'est bel et bien la vie qui est au cœur de cette entreprise, comme il s'en explique dans sa préface : " Je demandais aux livres : comment fait-on pour vivre, pour aimer, pour être heureux ? " Cet ouvrage est, d'une certaine façon, aussi personnel qu'une confession, aussi intime qu'une autobiographie.

 

 

  

Mais aussi Les livres prennent soin de vous de Régine Detambel

 

detambel livres

 

 

Par le rythme et la musicalité de leurs phrases, l'ordre de leur syntaxe, le toucher sensuel de leur papier, les livres nous soignent et nous apaisent. Au fil de l'enveloppant mouvement de l'écriture et de la lecture se dispense en effet un sens toujours renouvelé capable de nous arracher à nous-mêmes et à nos souffrances. Dans la détresse physique ou psychique, dans le handicap ou la grande vieillesse, le livre ranime. Face à la double menace de la passivité et de la perte d'autonomie, la lecture a le pouvoir de relancer le désir en nous-ce qui est l'objectif de toute bibliothérapie digne de ce nom. Tandis que fleurissent les salons de "développement personnel" et les premières thèses de médecine sur le pouvoir des livres, Régine Detambel, kinésithérapeute de formation et écrivain, montre que la littérature en tant que "remède" doit se défier tout autant du pouvoir médical que des lieux communs du bien-être de masse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.