La collection "Récits d'objets", quand la littérature sort les oeuvres du musée

La collection Récits d'objets est le fruit d'une collaboration entre le Musée des Confluences de Lyon et les Editions Invenit.  Raconter l’homme, c’est l’objectif de la collection Récits d’objets. Le principe : inviter un écrivain à faire d’un objet du musée le cœur d’une fiction. Un téléphone, un rare châle de soie de mer, un fossile et un fragment de météorite sont les premiers objets choisis par Jean-Bernard Pouy, Emmanuelle Pagano, Philippe Forest et Valérie Rouzeau.

Cette collection est enrichie d’une offre numérique. Le lecteur peut visualiser l’objet en réalité augmenté, visionner un entretien avec l’écrivain et partager ses impressions sur le réseau social Libfly.

vilard

Début du XIXe siècle, région des grands lacs américains. Hound Dog a 18 ans lorsque avec des guerriers Ojibwa, il capture une jeune fille rousse qu'il a refusé d'achever. Devenu le valeureux guerrier Eagle Man après son voyage initiatique, il épouse la captive et lui donne un tout autre statut. Par amour, elle lui brode le sac de perles traditionnel de la tribu. 2001, New York. D'origine indienne, John Moon est laveur de carreaux. Accusé à tort du meurtre d'un bijoutier et sans moyens, sa soeur propose de troquer son sac brodé de perles en échange des services d'une avocate.  

 

pagano

Un châle, à première vue commun s'il n'était constitué de fils de Pinna nobilis, la grande nacre de Méditerranée. Lorsqu'elle retrouve l'objet précieusement conservé dans les réserves du musée, les souvenirs reviennent à la narratrice. Se déploie, pli après pli, une histoire familiale dans l'Italie fasciste, dont les fragiles fils tissés de la nacre forment la trame. Un frère autoritaire et machiste, ses deux soeurs Nella et Bice protégeant le châle comme objet totémique soustrait à la vue de l'homme, la nature et ses odeurs, ses lumières, sont la matière de ce récit sensuel et incarné. 

 

 

pouyAu hasard d'une brocante bretonne, le narrateur déniche, pour la somme de vingt euros, un tableau sans intérêt, un de ces "excréments de l'art" qu'il affectionne. De retour à Paris, il est convaincu par son voisin que l'objet acheté pourrait être d'une certaine valeur et finit par gratter lui-même la couche de peinture qui permettrait d'aboutir à la réponse définitive. Et là, déconcertante surprise ! Voilà notre narrateur entraîné dans une enquête à rebondissements, où les oeuvres d'un peintre névrosé du XVIII siècle cachent un étrange mystère. Quand le futur s'invite dans le passé... Par l'un des maîtres du roman noir, une histoire savoureuse qui interroge le rapport entre l'art, la mort, un téléphone modèle 1963, un autobus et un hélicoptère.

 

rouzeauDans ce poème en plusieurs morceaux, évoquant la fragmentation de la météorite qu'il décrit, la forme moderne et libre contraste avec l'ancienneté de l'objet observé. Une voix s'élève pour expliquer de manière poétique un fait scientifique, et science et littérature se mêlent avec joie. Avec le style qui lui est propre, Valérie Rouzeau joue avec les mots comme elle joue avec la science. Les morceaux de météorite deviennent "des diamants" ou "le collier d'une déesse en colère". De Copernic à Tintin, d'Eluard à Rahan, les univers se télescopent pour permettre au lecteur de redécouvrir cette météorite Allende avec un œil neuf.

 

forest

Quelle est l'histoire de ce fragment d'enfant Homo sapiens dans lequel les spécialistes volent le plus ancien reste d'homme moderne de France ? Philippe Forest interroge l'origine du fossile, le sens de la vie et de la mort, dans un récit où le thème de la disparition est prépondérant. En cherchant le lien entre le passé et le présent, entre ce bout d'os et notre société actuelle, entre ses souvenirs d'enfance et sa vie d'aujourd'hui, l'auteur est conduit à cette seule certitude : cette "horreur minuscule" est bien notre ancêtre à tous dans la mesure où elle nous rappelle notre mort et que seule demeure la présence de l'absence.

 

 detambelCinquante ans après la fermeture du bagne, une histoire extravagante décide un journaliste à se rendre en Guyane. Celle de Pierre, bagnard illuminé, capable de charmer des papillons bleus, assis en tailleur sur une ammonite, et qui finira par disparaître, absorbé par la terre. "Le plus beau cas d'évasion depuis que le bagne était bagne." Quelle est cette pierre aux mille couleurs capable de rendre la liberté ? Dans un pays marqué par la mort et l'oubli, un journaliste part à la rencontre des descendants de bagnards susceptibles de l'éclairer.

 

 

lesecLe musée des Confluences de Lyon a choisi de faire appel à Bernard Plossu, célèbre photographe spécialisé dans les voyages, pour mettre en avant ses collections. Plossu a travaillé non pas en studio, mais directement dans le musée encore en préparation. L’œil acéré de l'artiste a permis de créer des parallèles entre ces objets que tout oppose, sauf leur emplacement parmi les réserves du Centre d'études et de restauration du musée des Confluences. A la seule lumière des néons, Plossu semble réanimer ces objets qui quitteront les réserves pour s'exposer au grand public. Cédric Lesec parle d'"abouchement", de mise en "bouche à bouche" d'objets qui, naturellement, ne seraient pas tentés de le faire. D'un angle, d'une forme, Plossu tire des photographies où réel et imaginaire se mêlent, donnant vie à ces collections surprenantes.

 

 

Ecoutez des extraits

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.