Portraits croisés : David Goodis - Jim Thompson

David Goodis (1917-1967) et Jim Thompson (1906-1977), focus sur deux auteurs de roman noir en marge.

 

 

 

 

 

 

 

David Goodis (1917-1967) et Jim Thompson (1906-1977), focus sur deux auteurs de roman noir en marge.

 

 

 

 

 

 

 

David Goodis

David Goodis Cauchemar Folio
Les passagers de la nuit

Né à Philadelphie le 2 mars 1917, David Goodis obtient un diplôme de journalisme en 1938 et écrit la même année son premier livre « Retour à la vie ». La presse est favorable, ce qui le décide à consacrer tout son temps à l’écriture mais le public n’est pas au rendez-vous. Après de nombreuses fictions écrites pour les pulps magazines, vient le succès avec son 1er roman noir publié en 1946 « Cauchemar ». La Warner achète les droits cinématographiques du livre qui sera adapté au cinéma sous le titre « Les Passagers de la nuit » et David Goodis est alors engagé comme scénariste par la Warner Bros. Il n’y restera que deux ans avec quelques participations à des films sans succès…

 

 

Cassidy s girl RivagesRentré à Philadelphie, il se remet à écrire. Après « Nightfall » et « La garce », David Goodis est édité en format poche. Avec « Cassidy’s girl », publié à un million d’exemplaires en 1951, il entame une écriture plus noire et plus désespérée. L’alcool, le couple déchiré, l’amour idéal, le désespoir, la solitude deviendront les thèmes récurrents de ses titres. La presse américaine se détourne de ses romans, catalogués comme « romans de gare »,  mais David Goodis continue d’écrire, s’enfonçant petit à petit dans la dépression, affecté par la perte de ses parents dont il s’occupait et par la schizophrénie de son frère qui est souvent interné.

 

 

Il décède seul, dans l’indifférence générale le 7 janvier 1967.

 

Tirez sur le pianisteLa Lune dans le caniveau

En France, ses personnages de loosers fascinent les réalisateurs et nombre de ses titres sont adaptés au cinéma : « Tirez sur le pianiste » de François Truffaut en 1960, « La lune dans le caniveau » de Jean-Jacques Beinex en 1983, « Rue barbare » de Gilles Béhat en 1984 ou encore  « Descente aux enfers » de François Girod en 1987.  

 

 

 

 Visionnez "Tirez sur le pianiste" sur la Médiathèque numérique.

 

Jim Thompson

Jim Thompson WikipediaJim Thompson est né le 27 septembre 1906 dans l’Oklahoma. Shérif de comté, son père, «Pop » ayant quitté son métier pour aller forer des puits de pétrole au Mexique, il suit sa mère dans le Nébraska et vit chez son grand-père qui l’initie à la lecture. Au début des années 20, son père devient millionnaire et la famille s’installe au Texas. Il combine alors études et petits boulots : Prohibitioncoursier pour le journal

Western World, employé de théâtre ou encore groom dans un hôtel. En pleine Prohibition, Jim Thompson fournit drogues et alcool aux clients de l’hôtel, un rythme de vie effréné qui le conduira à une dépression nerveuse.

 

 

 

 

 

 

Ici et maintenantAprès des études à l’université du Nébraska couplées au travail de projectionniste ou veilleur de nuit, il se marie en 1931 avec une standardiste dont il aura 3 enfants. Il rejoint ensuite son père, ruiné qui s’échine toujours dans les champs de pétrole. Portier, rédacteur en chef, directeur de magazines ou manœuvre, Jim Thompson écrit des nouvelles pour des pulps ou des journaux, avant de commencer la rédaction de son 1er Cent metres de silenceroman « Ici et maintenant » qui sera publié en 1942. Il vit le décès de son père en maison de retraite comme un nouvel échec, n’ayant pas tenu la promesse de venir le chercher lorsqu’il aurait un peu d’argent. Il continue alors à boire et enchaîne les cures de désintoxication.

 

Son 2e titre « Avant l’orage » sort en 1946,  mais c’est en 1949 que paraît son premier véritable roman noir « Cent mètres de silence ». Suivront  « Le démon dans ma peau », « Le Criminel », « Nuit de fureur » ou encore « Des cliques et des cloaques » en 1954.

 

Sollicité en 1955 par Stanley Kubrick pour l’adaptation du titre de Lionel White « En mangeant de l’herbe », Jim Thompson n’apparaît au générique du film « L’Ultime razzia » que pour des dialogues additionnels. Il quitte alors Hollywood pour ne se consacrer qu’à l’écriture.

 

Jim Thompson disparaît le 7 avril 1977 dans l’indifférence la plus totale.

 

guet apensPeu reconnu de son vivant, il sera notamment réhabilité dans son pays grâce à l’engouement français. Marcel Duhamel le publie à partir Serie noirede la fin des années 50 à la Série noire puis François Guérif chez Rivages/Noir dès les années 80 qui a racheté tous les droits et propose des traductions intégrales. Il doit également sa notoriété à l’adaptation au cinéma de : « Guet-Apens » en 1972 et 1994 tiré du livre « Le Lien conjugal » ressorti sous le titre "L'échappée" , « Série Noire » d’Alain Corneau en 1979 tiré du titre «Des cliques et des cloaques », « Coup de torchon » de Bertrand Tavernier en 1981 tiré du livre « 1 275 âmes » ressorti sous le titre original « Pottsville, 1 280 habitants », ou encore      « Les Arnaqueurs » de Stephen Frears en 1988 tiré du roman éponyme.

                            Pottsville 1280 ames                             Coup de torchon                                Les arnaqueurs

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.