Du 26 mars au 3 mai dernier, à l’initiative du Festival Lisle noir, des librairies Cultura et de la Ligue de l’imaginaire, une quarantaine d’auteurs de polars a rédigé une nouvelle autour du thème « les jours qui suivront la fin du confinement ».

nouvelles du lendemain 2

 

L’occasion de lire des textes courts de Nicko Tackian, Bernard Werber, Olivier Norek, Nicolas Lebel, Michel Bussi, Bernard Minier… et retrouver des auteurs que nous avons eu le plaisir d’accueillir dans le cadre du Polar se met au vert : Ian Manook, Claire Favan, Jean-Christophe Tixier, Ingrid Astier, Marie Vindy ainsi que les écrivains de notre sélection coup de cœur dont nous vous dévoilons les premières lignes :

 

Bizien Montigny2

 Jean-Luc Bizien « Le jour d’après » Le lieutenant Paoli se cala contre le dossier de sa chaise en libérant un soupir empreint de lassitude. Trois heures d’audition et toujours pas la moindre explication sensée ! Il avait pourtant sorti le grand jeu, déployé tout son arsenal de questions. Il était revenu cent fois, mille fois sur des points de détail… En vain.  Il n’avait pas obtenu le moindre embryon de piste pour justifier le geste fou du petit gros au visage fripé, prostré devant lui. Ratatiné dans une posture soumise, le prévenu n’en menait pas large – tête basse, il se perdait dans la contemplation de ses chaussures usées.

 

Daniele Thiery

Danielle Thiery « Réclusion » – Ancelin ! Parloir !
Le maton venait de cogner à la porte et il me fallut quelques secondes pour comprendre que c’était à moi qu’il s’adressait. En dix ans de réclusion je n’avais dû avoir, en tout et pour tout, que trois parloirs. Le baveux commis d’office et c’était tout. Pas de famille, pas d’amis, les seuls qui auraient pu me visiter étaient en taule eux aussi.
D’abord je refusai de sortir de ma cellule. Il y avait six mois que je ne l’avais pas quittée. Ni pour aller aux douches, ni pour la promenade. Ni atelier, ni corvées, rien. En fait, je m’étais confiné au début de l’épidémie, tout seul comme un grand.

barbara abel copyright Fabienne Cressen

 

Barbara Abel « La jeune fille derrière la porte » Des coups frappés à la porte avec insistance, avec urgence même, des coups impérieux, tourmentés, nécessaires. Madeleine se redresse dans son lit, aussitôt imitée par Bertrand à ses côtés. Ils se regardent, étonnés d’abord, inquiets ensuite…
- Reste là, lui intime Bertrand.

Sophie Loubiere Melania Avenzato

 

Sophie Loubière « Un, deux, trois…soleil » Un, deux, trois… soleil. Trois petites filles dans une cour en ciment. Un, deux, trois… soleil. Trois statues de sel aux cheveux blonds.
Je gagnais toujours à ce jeu. J’étais capable de tenir en équilibre sans bouger, le visage impavide, retenant ma respiration. Un self control à toute épreuve.
Un, deux, trois… soleil.

benoit severac Olivier H. Gamas2jpg

 

Benoît Séverac « N’est pas Témoin de Jéhovah qui veut » Y avait Gérard le Gitan – il n’était pas plus gitan que vous et moi, mais passons –, Eric le Hollandais – il venait de Vesoul, mais passons –, Malik l’Algérien – il était algérien, qui voudrait se faire passer pour algérien ? – et moi, Frédo. Ne cherchez pas, c’est un pseudo. En fait, je m’appelle Frédéric.

 

Sonja DelzongleMarie Laure Lucas

 

Sonja Delzongle « Âme de pique et âme de cœur » Je sais, c’est difficile à croire, mais c’est pourtant la vérité. Aux alentours de sept ans, je me suis vraiment aperçue qu’on était deux dans un même corps. Le mien. Rien à voir avec le fameux « Il ou elle est pas tout(e) seul(e) ». Ça, en général, ça veut dire que le type ou la nana est un peu… dérangé. Moi, c’est différent. Au moment de la découverte, on était vraiment deux dans un même corps. Deux âmes incarnées dans une même enveloppe charnelle.

 

 

Avec le déconfinement qui n’en est qu’à ses prémices et les jours à venir bien incertains, ces nouvelles noires, parfois pessimistes ou teintée d’humour grinçant nous donnent à réfléchir sur la société et ses travers…