De son vrai nom, David John Moore Cornwell, l'écrivain britannique John Le Carré est décédé samedi 12 décembre.

John Le Carre 2

Auteur d'une vingtaine de romans, John Le Carré a vendu plus de 60 millions de livres dans le monde et a donné ses lettres de noblesse au roman d'espionnage, nombre de ses livres étant considérés comme des classiques.

 

Un passé d'espion

Né en 1931 dans le sud de l'Angleterre, il est abandonné à 5 ans par sa mère à un père, arnaqueur, flambeur et tyrannique. A la fin de son adolescence, il part en Suisse étudier l'allemand et est repéré par des espions britanniques. Il devient informateur du service de renseignement intérieur - le MI5 - à l'université d'Oxford, rejoint ensuite le MI6 et est envoyé en Allemagne de l'Ouest au début des années 1960. Une carrière d'agent secret très vite ruinée par l’agent double britannique Kim Philby qui révèle sa couverture La Taupe au KGB. Ayant commencé à écrire durant cette période, il s'inspire de sa courte carrière et tire de son expérience ses intrigues.

 

Un succès international

Avec son 3e roman "L'espion qui venait du froid" pour lequel il obtient notamment le Gold Dagger Award, le succès est immédiat, le livre s'est à ce jour vendu à plus de 20 millions d'exemplaires. On y rencontre pour la première fois celui qui deviendra son personnage fétiche, George Smiley, personnage timide à l'intelligence acérée, qu'il mettra au 1er plan dans les années 70 dans "La taupe", adapté au cinéma avec Gary Oldman et à retrouver sur la médiathèque numérique, "Comme un collégien" et "Les gens de Smiley", qui forment "La trilogie de Karla", peut-être l'une de ses plus belles oeuvres.

De son vrai nom, David John Moore Cornwell, l'écrivain britannique John Le Carré est décédé samedi 12 décembre.

John Le Carre 2

Auteur d'une vingtaine de romans, John Le Carré a vendu plus de 60 millions de livres dans le monde et a donné ses lettres de noblesse au roman d'espionnage, nombre de ses livres étant considérés comme des classiques.

 

Un passé d'espion

Né en 1931 dans le sud de l'Angleterre, il est abandonné à 5 ans par sa mère à un père, arnaqueur, flambeur et tyrannique. A la fin de son adolescence, il part en Suisse étudier l'allemand et est repéré par des espions britanniques. Il devient informateur du service de renseignement intérieur - le MI5 - à l'université d'Oxford, rejoint ensuite le MI6 et est envoyé en Allemagne de l'Ouest au début des années 1960. Une carrière d'agent secret très vite ruinée par l’agent double britannique Kim Philby qui révèle sa couverture La Taupe au KGB. Ayant commencé à écrire durant cette période, il s'inspire de sa courte carrière et tire de son expérience ses intrigues.

 

Un succès international

Avec son 3e roman "L'espion qui venait du froid" pour lequel il obtient notamment le Gold Dagger Award, le succès est immédiat, le livre s'est à ce jour vendu à plus de 20 millions d'exemplaires. On y rencontre pour la première fois celui qui deviendra son personnage fétiche, George Smiley, personnage timide à l'intelligence acérée, qu'il mettra au 1er plan dans les années 70 dans "La taupe", adapté au cinéma avec Gary Oldman et à retrouver sur la médiathèque numérique, "Comme un collégien" et "Les gens de Smiley", qui forment "La trilogie de Karla", peut-être l'une de ses plus belles oeuvres.

Une oeuvre engagée et un auteur profondément humain

 

Grand témoin des conflits Est/Ouest, il écrit sur l'effondrement de l'Empire soviétique, avec "La Maison Russie" ou aborde des thèmes plus contemporains comme les pratiques pharmaceutiques en Afrique dans "La constance du jardinier" (2001) ou le terrorisme dans "Un homme très recherché" (2008), tous deux adaptés au cinéma et également disponibles en numérique.

le carre med num

En 2018, paraît "L’héritage des espions", suite de son succès, "L'espion qui venait du froid", sorte de bilan de ces années de conflits entre les deux blocs et de leurs dommages, et dans son dernier roman, "Retour de service", paru en 2020, fortement opposé au Brexit qu'il qualifie de "folie", il dresse un portrait sans concessions du Premier ministre Boris Johnson...

 

Une oeuvre engagée et un auteur profondément humain à (re)découvrir dans vos médiathèque avec notre sélection.

 

En bonus, sur le numérique 24/24, l'interview de John Le Carré par François Busnel dans "La Grande Librairie" à l'occasion de la sortie de "L'héritage des espions" ainsi que les podcasts de France Culture.

OPAC Sélection de notices