Balzac par Raymond Carver

 Plus connu pour ses nouvelles américaines, comme "Les vitamines du bonheur", Raymond Carver a aussi taquiné la Muse.

"Je pense à Balzac en bonnet de nuit après
trente heures à sa table de travail,
la trogne fumante,
la chemise collée
à ses cuisses velues tandis qu'il
se gratte, s'attarde
devant la fenêtre ouverte.
Dehors, sur les boulevards,
les mains blanches et grasses des créanciers
caressent moustaches et lavallières,
de jeunes dames rêvant à Chateaubriand
et se promenant au bras de jeunes hommes, pendant
que des fiacres vides passent en cahotant, puant
le cuir et la graisse d'essieu.
Tel un énorme percheron, Balzac
bâille, s'ébroue, marche d'un pas lourd
jusqu'aux cabinets
et, écartant les pans de sa robe de chambre,
dirige le jet de pisse majestueux sur le
seau de toilette d'époque
romantique. La brise soulève le rideau
en guipure. Attends ! Une dernière scène
avant d'aller dormir. Le cerveau bouillonnant,
il retourne à sa table - la plume,
l'encrier, les feuilles épars."

 

Sélection d'autres poètes anglophones :

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.