Le Festival International de la bande dessinée d’Angoulême, tenu de se réinventer dans le cadre des contraintes sanitaires, se déroulera finalement du 24 au 27 juin 2021. C’est à cette occasion que le Grand prix, sera remis, lors de l'ouverture du festival. Pour rappel, Emmanuel Guibert fut le Grand prix 2020.

Avant de nous plonger dans l’album « Tanz ! »,  voici le palmarès de cette 48e édition :

tanz

 

   

Fauve d’Or - Prix du meilleur album : « L’accident de chasse » de Landis Blair et David L. Carlson, (Sonatine).

 

Fauve d’Angoulême - Prix spécial du jury : « Dragman » de Steven Appleby, (Denoël Graphic).

 

Fauve d’Angoulême - Prix du public France Télévisions : « Anaïs Nin, sur la mer des mensonges » de Léonie Bischoff, (Casterman).

 

Fauve d’Angoulême - Prix révélation : « Tanz ! » de Maurane Mazars, (Le Lombard).

 

Fauve d’Angoulême - Prix de l’audace : « La Mécanique du sage » de Gabrielle Piquet, (Atrabile).

 

Fauve d’Angoulême - Prix de la série : « Paul à la maison » de Michel Rabagliati, (La Pastèque).

 

Fauve d’Angoulême - Prix des lycéens : « Peau d’homme » d'Hubert et Zanzim, (Glénat).

 

Fauve d’Angoulême - Prix Jeunesse 8-12 ans : « Le club des amis » de Sophie Guerrive, (2024).

 

Fauve d’Angoulême - Prix Jeunesse 12-16 ans : « Middlewest » de Skottie Young et Jorge Corona, (Urban Comics).

 

Fauve d’Angoulême - Prix de la BD alternative : « The Thick book of Kuti » (Finlande).

 

Fauve d’Angoulême - Prix du patrimoine : « L’Éclaireur » de Lynd Ward, (Monsieur Toussaint Louverture).

 

Fauve Polar SNCF : « GoSt 111 » de Mark Eacersall, Henri Scala et Marion Mousse, (Glénat).

 

Prix Goscinny du scénario : « Black-out » de Loo Hui Phang avec Hugues Micol, (Futuropolis).

 

Prix Konishi : « Tokyo Tarareba Girls » de Akiko Higashimura, (Le Lézard Noir).

 

« Tanz ! » lauréat du Prix révélation, œuvre de Maurane Mazars, est une très belle réussite. Nous sommes en 1957, nous suivons Uli, un jeune allemand de l’après-guerre, élève d’une l’école de danse moderne prestigieuse. Mais ce classicisme l’ennuie et le pousse vers d’autres horizons. Une rencontre avec Anthony, jeune danseur afro-américain, va orienter ses choix vers Broadway et ses célèbres comédies musicales dont il raffole. Au-delà d’une immersion dans le monde de la danse, des thèmes forts sont abordés comme l’homosexualité, la ségrégation et les différences culturelles.

 

Vous pouvez vous plonger dans le roman graphique de Maurane Mazars sur Médialandes ICI